Search
  • Olivier Mageren

Interview sexo: de la frustration à l'épanouissement


Voici le récit d'une femme que j'ai rencontré, en quelques questions-réponses.


Quelle a été ta plus belle expérience sexuelle?



Une nuit d’amour dans une tente, ambiance camping sauvage en Irlande. Un instant hors-norme tant l’énergie était forte.


Pourquoi l’énergie du moment était si forte? Quels sont les facteurs qui ont généré une telle énergie?

C’était avec un homme que j’avais aimé, nous nous étions séparés puis retrouvés. Cette homme m’a rejoint en Irlande après notre séparation. Nous en avons profité pour aller vadrouiller, on a pris la tente. La magie du moment était due à l’incertitude d’être ensemble pour toujours. Nous avons pu toucher l’impermanence et jouir de l’instant présent. Il y avait beaucoup d’amour. Un moment vécu comme très précieux.


En quoi ce fut ta plus belle expérience sexuelle?

Je crois que c’est parce qu’il y avait beaucoup d’amour, de respect, une conscience que l’instant était vraiment unique, le lieu, l’Irlande, la tente, dormir là sur cette falaise, être à l’étranger. Tout ça m’a libérée des carcans… et l’énergie circulait plus librement. Dans cette liberté, j'ai pu atteindre un paroxysme très élevé. En soi, c’est difficile à décrire, cela touche à tellement d’éléments, de choses subtiles et corporelles.



Ce que je préfères dans l'acte sexuel?L’intimité, le contact de la peau de l’autre, la rencontre des sexes…Sinon, ça dépend vraiment ou j’en suis dans mon cycle. A certains moments, j’aime la tendresse et la complicité. A d'autres moments, j’ai besoin de ‘sauvage’ ou de pénétration profonde. Il m'arrive aussi d'avoir besoin de sentiments amoureux forts, d’une connexion coeur à coeur.

Qu’as-tu découvert de tellement épanouissant que tu souhaites partager ?


La pratique de l’éjaculation féminine.

Découverte la première fois vers 21 ans, grâce aux attentions très fines d’un partenaire. Absolument déconcertée la première fois, cela m’a plongée dans une ouverture inédite et indescriptible. Grande source de bonheur, de lâcher-prise et de confiance en l’autre. C’est un homme qui m’a fait découvrir cette fontaine. A présent je peux la déclencher seule. Ma clé, c’est de longs et tendres caresses de préliminaires.


Ton partenaire savait-il qu’il te menait vers une possible éjaculation? Si oui, sais-tu comment il s’était informé?

Je ne sais pas s’il s’avait. On en n’a jamais parlé. Cela a été tellement fluide pour moi que j’ai supposé qu’il s’avait ce qu’il faisait, mais il est possible qu' il ait été aussi surpris que moi. Je ne sais pas. Et si il savait, je n’ai aucune idée de comment il s’était informé.




Tu me sembles tellement épanouie dans ta sexualité, peux-tu décrire comment s'est passée ton éducation sexuelle?

Avec une maman très ouverte qui avait lu tout ‘François Dolto’, j’étais très bien informée sur le cycle féminin et sur les relations sexuelles. Cependant, un poids religieux a pesé sur moi toute mon adolescence. Je ne savais pas vraiment si j’avais le ‘droit’ de faire l’amour avec un partenaire. Ou si je devais attendre. L’adolescence a été compliquée et lourde de frustrations. Alors qu’en solo, je m’étais octroyé le droit sans problème. Ces frustrations n’étaient dues qu’à l’attente.


Quand je me suis enfin donné le droit d’accéder aux relations sexuelles, je me suis épanouie comme une fleur qui s'ouvre.


J’ai développé la pratique de la masturbation en attendant de me ‘donner’ le droit de faire l’amour. C’est seulement quand j’ai rencontré un homme qui avait le profil « d’être le bon », c'est-à-dire celui que je pouvais épouser. Mes parents n’étaient pas vieux jeu, ils n’attendaient pas que j’arrive vierge au mariage mais, tout de même, si je pouvais me préserver pour le bon partenaire (celui qui est épousable) c’etait mieux.

J’avais 17 ans et demi quand je me suis autorisée à m’ouvrir à la relation sexuelle. Il était temps. J’ai vécu une très belle première fois, douce, attentive, respectueuse. Je regrette seulement de n’avoir pas dit à cet homme prévenant que c’était ma première fois. Je lui ai annonce après, il n’a pas compris pourquoi je ne l’avais pas dit avant (moi non plus d’ailleurs). Le regret provient du fait qu’on aurait pu le partager ensemble. Lui aurait aimé le savoir avant l’acte. C’est ensuite que j’ai compris que ça aurait pu être un beau partage.

Depuis que je partage ma sexualité dans des relations sexuelles, je la vis légèrement, facilement sans tabous. Avant mon premier partenaire, je la vivais uniquement dans la masturbation, associée à tellement de frustrations. Frustration de ne pas pouvoir exprimer mon énergie sexuelle dans le rapport à l’autre. Frustration d’être coincée dans un carcan catholique, frustration de n’avoir que 15 ans et d’être encore trop jeune selon les idéaux familiaux. La masturbation était un exutoire. Je ne sais pas si j’exprimais cette frustration. Je me taisais à ce sujet. Cependant, dans d’autres domaines de ma vie, j’étais très excentrique. C’était peut-être un moyen d’exprimer une frustration latente. C’est une bonne question et, à l’époque, je ne me suis jamais demandé comment cette frustration pouvait impacter les autres domaines de ma vie.




Comment définirais-tu la sexualité?
Ouvrir et offrir son intimité la plus personnelle à l’autre. La rencontre des intimités...



Qu'as-tu envie de découvrir, de vivre de nouveaux dans ta sexualité?

Une sexualité plus énergétique, plus subtile, vibratoire. Dans l’énergie du yoga, de la sexualité sacrée, le slow sex. J’aimerais explorer avec mon partenaire l’orgasme non éjaculatoire chez l’homme, afin que les énergies vitales qui sont habituellement dispersées à l’éjaculation restent à l’intérieur de lui. J’aimerais qu’on explore ensemble cet aspect énergétique et vibratoire de la sexualité. Pour moi c’est tout un monde fascinant auquel nous n’avons pas accès pour l'instant.


  • Si tu avais un message à faire passer aux femmes, quel serait-il?

Explorez votre intimité, autorisez-vous à vous masturber. Connaissez-vous, votre orgasme n'en sera que meilleur et vous saurez mieux guider votre partenaire vers ce qui vous fait du bien.

  • Et un message pour les hommes?

N’essayez pas de trouver une réponse quand elle ne pose pas de question. ECOUTEZ-la, tout simplement ! sans rien ‘répondre’, simplement en écoutant :-)

Contact

Rue Steyls 77, i3

1020 Bruxelles

0499 188 693

omageren@hotmail.com

www.OMcoach.be

Formulaire d'inscription à la newsletter

Une question? ConTACTEZ-MOI

© 2018 by Olivier Mageren, created with Wix.com

Nom *

Email *

Sujet

Message

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now