Search
  • Olivier Mageren

Quand s'arrêteront les agressions?

Interview: Voici un partage d'une personne que j'ai pris longtemps à publier, tant je voulais trouver les mots justes pour relater l'histoire de cette femme. J'étais occupé à créer une asbl Love Health Center (www.love-health-center.org; facebook) qui vise justement à créer plus de conscience et bien-être sexuel; et par voie de conséquence, contribuer à limiter au tant que possible les agressions sexuelles.

Finalement, je trouve que les mots justes sont ceux de cette femme, brutes et directs. Les voici:




arlons de sexe. Ce qui nous rend tous fous, honteux et parfois nous fait faire des choses innommables, les uns aux autres. Il n'y a pas beaucoup de choses aussi puissantes que le sexe... du moins c'est mon expérience....


Je me souviens quand j'étais enfant, chaque fois qu'on parlait de sexe, on nous traitait comme si nous devions être à l'abri de quelque chose - quelque chose de potentiellement dangereux ou même pire, si bon qu'il ne devait être partagé avec personne, surtout pas avec les enfants. Je ne me souviens d'aucune forme d'éducation sexuelle, qu'elle soit formelle ou informelle. Cependant, le sexe était partout. C'était dans les journaux, les magazines, à la télé. C'était aussi chez moi. Je me souviens de l'époque où mon père chantait à ma mère et qu'ils parlaient d'un ton feutré - presque comme s'ils se disaient un secret. Parfois, mon père attrapait le cul de ma mère et lui murmurait à l'oreille. Elle riait, elle était ravie. Malgré mon jeune âge, je savais qu'il se passait quelque chose et je voulais en connaître le secret.


J'ai été consciente à quel point je suis sexuelle depuis mon plus jeune âge. J'ai eu quelques rencontres avec des enfants de mon âge ou un peu plus âgés, mais je n'ai jamais eu de relations sexuelles complètes. J'étais aussi très consciente de la forme de mon corps qui, à l'âge de 12 ans, était celui d'une femme bien formée avec des courbes douces et des seins parfaits qui faisaient que les hommes de tous âges me regardaient fixement.



Lorsque j'étais adolescente, j'étais déjà bien au courant de ce qu'était le sexe et de la façon dont je pouvais m'intégrer dans un monde qui exigeait que je participe en étant intime avec d'autres adolescents.


Mais c'est là que les choses se sont compliquées. J'avais ce désir ardent de toucher et d'être touchée et j'ai eu quelques expériences qui ont failli mener à des rapports sexuels, mais je ne suis jamais allée jusqu'au bout. J'avais trop peur. En y repensant maintenant, je ne sais pas pourquoi j'avais si peur, mais j'avais l'impression que si je succombais à la tentation, quelque chose de grave arriverait. Comme si en faisant l'amour, je perdrais une partie importante de moi. Mon père m'avait toujours dit que les personnes qui avaient des relations sexuelles étaient généralement de mauvaises personnes qui n'avaient pas beaucoup de respect pour elle-même et qui étaient prêtes à se vendre pour pas grand chose. Cela m'a désorienté. D'un côté, le sexe était génial et mes parents adoraient ça. D'autre part, si c'était moi qui l'avais, je deviendrais automatiquement sans valeur.

J'ai perdu ma virginité à 19 ans. Ce fut une expérience douloureuse et je me souviens qu'il nous a fallu quelques mois pour en arriver à un stade où nous avons vraiment pu endurer cette expérience. Avec le temps et l'âge, j'ai commencé à explorer davantage mon corps et à devenir plus à l'aise avec mon partenaire et nous avons eu beaucoup de bons moments. Au début, nous étions les meilleurs amis et nous nous sommes toujours efforcés d'être à l'écoute de nos désirs mutuels. J'aimais mon corps à l'époque - j'étais très petite et toute en rondeur, voluptueuse. Et quand je me regardais, je savais que j'étais désirable.

Mon partenaire m'aimait, moi et mon corps. Si je lui disais que j'avais mal, il s'arrêterait et vice versa (il avait aussi parfois mal et son pénis saignait parfois). Quand c'était bien, c'était parce qu'on se parlait et qu'on s'adaptait au rythme de l’autre. Le fait que j'ai toujours eu une forte libido était un plus.



Avec le temps, le porno est devenu plus omniprésent et nous avions même intégré le porno dans nos expériences. Le porno était facile. Tout ce que nous avions à faire, c'était de choisir quelque chose d’excitant (pour nous, jeunes. Et à l'époque, pour nos esprits assez innocents) et c'était suffisant pour nous faire sentir l’excitation. Pour moi, le fait d'avoir l'occasion de regarder des hommes grands et musclés avec d'énormes bites alimentait le fantasme que je pouvais avoir cela. Pour lui, c'était l'excitation de me voir admirer d'autres femmes et ne pas être jalouse. Bien sûr, c'était de la fantaisie et quand nous avions fini, j'avais parfois honte de me sentir si excitée avec quelque chose d'aussi vide.



En y repensant maintenant, je pense que c'est là que les choses ont commencé à mal tourner. Le sexe, et par-dessus tout, l'orgasme est devenu un but. Il devenait de plus en plus difficile d'apprécier l'acte car l'objectif principal était de jouir. Et je n’y parvenais pas la plupart du temps. J'atteignais le bord, mais je n’y arrivais jamais, je n’arrivais jamais à l’explosion des sensations. Nous nous sommes séparés après quelques années, mais nous avons maintenu une relation sexuelle sporadique pendant un certain temps. Finalement, nous avons fini par nous séparer.


En 2005, j'ai vécu une expérience violente et qui a changé ma vie - j'ai été agressée sexuellement par un étranger.


Tout a commencé innocemment à l'anniversaire d'un ami. Ce n'était pas un parfait inconnu. Je l'avais rencontré une fois avec le même ami et nous avons eu une belle discussion. A part ça, il n'y avait aucune indication que nous pourrions nous revoir. Je n'avais pas ses coordonnées et il n'avait pas les miennes. Pour moi, c'était une affaire classée... Puis mon amie a décidé de fêter son anniversaire. Elle m'a invité. Je me souviens que je travaillais ce jour-là, et j'étais arrivée la dernière. Je n'avais pas remarqué qu'il était là. Plus tard dans la soirée, il s'est approché de moi et nous avons recommencé à discuter. La soirée s'est terminée et j'essayais de trouver un taxi pour rentrer chez moi. Il était plus de 2 heures du matin et j'étais attendu au travail le jour suivant. Je n'ai pas réussi à trouver un taxi. Alors, j'ai décidé de marcher jusqu'à l'arrêt de bus le plus proche pour prendre le bus de nuit. J'ai quitté le restaurant et j'ai commencé à marcher. Moins d'une minute plus tard, il m'a surpris en marchant derrière moi et en prenant mon bras. Il a bouclé son bras autour du mien et a continué à marcher. J'étais surprise et légèrement irritée. J'ai demandé ce qu'il faisait et pourquoi il n'avait pas pris de taxi avec son colocataire. Il m'a dit qu'il avait remarqué que j'étais parti toute seule et qu'il était vraiment tard pour une jeune femme de marcher seule. Je l'ai remercié et malgré mon malaise, je l'ai laissé m'emmener à l'arrêt de bus. En attendant le bus, il a essayé de m'embrasser deux fois. Mais je l'ai repoussé en lui disant que je ne voulais pas l'embrasser ou coucher avec lui. Je ne le connaissais pas et je n'en avais pas envie.


Il m’a dit qu'il avait bien entendu et compris. Il s'est excusé. Nous avons attendu l'autobus si longtemps qu’on a décidé de prendre un taxi - il se faisait très tard. On arrive à une station de taxis désert. Finalement, un taximan s'est pointé et je l'ai arrêté. J’ai dit au garçon de monter dans le taxi et de rentrer chez lui. J'allais prendre le suivant. Il a beaucoup protesté et à la fin, le chauffeur de taxi m'a crié de monter dans le taxi ou il s'en allait. J’ai alors obtempéré et dans la précipitation, le garçon en profite pour s’y mettre avec moi. Dans le taxi, je lui ai dit qu'une fois rentré chez moi, je lui appellerais un taxi et qu'il pourrait rentrer chez lui. Il a accepté. Encore une fois, il a essayé de m'embrasser et cette fois je l'ai repoussé brutalement. Il s'est excusé et a fait semblant de dormir jusqu'à ce que je rentre à la maison où j'ai payé le chauffeur de taxi et lui ai demandé de ramener ce type chez lui. Quand j'ai ouvert la porte d'entrée de mon appartement, j'ai entendu sa voix et j'ai sursauté. J'ai été complètement décontenancé. Je lui ai demandé à maintes reprises pourquoi il n'était pas rentré chez lui. Il a dit qu'il avait besoin de toilettes et après ça, il était content que je lui trouve un taxi. Je l'ai laissé entrer à contrecœur et je lui ai montré les toilettes. Ensuite, je suis allée dans ma chambre pour déposer mon sac à main. Je ne m'en suis pas rendu compte tout de suite, mais il m'a suivi et m'a encore une fois surprise en me demandant si c'était ma chambre. Je ne lui ai pas répondu. Je lui ai dit que je l’attendais en bas. Qu'il me donne son adresse pour que je puisse appeler un taxi.


Je suis descendu et j'ai attendu. Après 10 minutes d'attente, je suis remonté à l'étage où j'ai constaté qu'il s'était endormi dans mon lit. J'ai dû passer environ 15 minutes à me demander si je pouvais le laisser rester chez moi. Il était presque 4 heures du matin. Je me suis dit que tout allait bien parce qu'il dormait déjà et qu'il était l'ami de mon amie - il ne ferait sûrement rien pour mettre en danger cette relation. Je suis allée aux toilettes et je me suis changée en pyjama - un deux pièces gris avec le visage de Mickey Mouse sur mon t-shirt et le mot Mickey à l'arrière du bas de mon pyjama. C'était mon pyjama préféré.... Le pantalon long et le t-shirt me faisaient paraître jeune et espiègle en même temps, un grand enfant prêt à se coucher. Je suis monté dans le lit et je me suis assuré d'être le plus loin possible de lui. Je ne voulais pas le toucher. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un gémissement feutré.


Il a alors mis un de ses bras autour de moi. Je l'ai déplacé aussi doucement que j'ai pu et je l'ai tenu à l'écart. Il s'est tourné vers moi et a essayé de m'embrasser, l'équivalent d'un baiser endormi. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai réagi en le repoussant brutalement. Je lui ai dit de dormir et de ne pas m'approcher avec ses pattes et de sa bouche. Il s'est excusé et s'est endormi.

J'ai attendu pour m'endormir. Au bout d'un moment, j'ai eu l'impression que ça faisait longtemps parce que je me sentais quasi endormie, il m’a retourné très violemment. J'étais confuse tant par la somnolence et que parce que j’étais choquée. Je ne savais pas ce qui se passait.


Puis je l'ai senti grimper sur moi. Et a commencé à lever mon T-shirt et baisser mon pantalon.

J'étais alors complètement réveillé et j'ai commencé à me défendre en essayant de garder mes vêtements. Il a essayé de bloquer mes mains pour qu'il puisse m'arracher mes vêtements, mais j'ai continué à me battre. Il a été incapable de le faire. Il s'est énervé de ne pas arriver à m'arracher le haut, qu’il a commencé à se focaliser sur mon pantalon. Je ne pouvais pas bouger mes mains facilement à cause de son poids corporel. Alors j'ai commencé à pousser mes fesses contre le lit aussi fort que possible pour l'empêcher de retirer mon pantalon. Comprenant qu’il perdait, il a mis ses mains sur mon cou et a commencé à m’étrangler. Fortement. J'ai crié. C’est alors qu’il est rentré en moi très violemment. Il me poussait si fort que j'avais l'impression d'être déchirée.


Pendant tout ce temps, il me serrait le cou. J'ai cru que j'allais mourir. C’est à ce moment que j'ai arrêté de me défendre. Presque aussitôt, il s'est arrêté, s'est approché de moi, m'a serré un peu plus fort et m'a dit en souriant : "Tu es une salope et une putain". Il s'est ensuite retourné et s'est endormi.


Je me suis recroquevillée dans le lit, j'avais tellement mal. J'essayais de ne pas pleurer. Dans mon cœur, je savais que si je ne l'avais pas laissé entrer chez moi, il ne m'aurait pas attaquée.


En plus de me forcer à faire l'amour, il voulait m'enlever ma dignité. L'agression sexuelle est une question de contrôle et le niveau de violence - physique et émotionnelle - ce qu’il m’a été infligé est indescriptible. Je ne me souviens plus totalement ce que j’ai ressenti à ce moment-là. Les années qui ont suivi, j'ai eu peur des hommes. Par conséquent, j'ai eu peur du sexe. Quand j'avais des rapports sexuels, je grinçais des dents et priais pour que ce soit fini. Sinon je perdais le contrôle et j'arrivais à des choses que je n'avais jamais faites auparavant. Quand j’arrivais à jouir, je ressentais un niveau de honte difficile à mettre en mots.



Le sexe est devenu un fardeau et au lieu de jouir d'un acte naturel, le sexe est devenu une méthode par laquelle je pouvais exercer un contrôle sur moi-même et les autres. La plupart du temps, les rapports sexuels étaient ratés, et je faisais semblant d'avoir des orgasmes. Les hommes qui étaient avec moi venaient, inconscients de ce que je ressentais.



De temps en temps, je rencontrais quelqu'un avec qui je me sentais un peu plus à l'aise et j'étais capable de culminer momentanément ; ce n'était pas super, mais c'était mieux que rien. Dans l'ensemble, je me sentais complètement insatisfaite et incomplète. Le sexe était devenu mécanique. Quand je rencontrais un homme, je savais à l’avance qu'il ne voulait que me pénétrer, ni plus, ni moins. Je me forçais à jouer le rôle attendu de la femme. Et chaque relation sexuelle me laissait vide, encore plus vide.



Cette situation a duré des années et je me suis même abstenu de rapports sexuels pendant environ 4 ans. Je me masturbais, je jouissais parfois mais je me sentais totalement insatisfaite. De plus, ma libido était faible. Le sexe était devenu un fléau.




Je pensais que je n'aurais plus jamais de relations sexuelles et si je le faisais, j'étais résigné à l'idée que ce serait une expérience merdique comme elle l'avait été depuis tant d’années.

Jusqu'à ce que, il y a un peu plus d'un an,


j'ai vécu une relation sexuelle qui changé ma perception du sexe. Peut-être même changé ma perception de ma vie telle qu'elle était jusqu'alors.

Jusque-là, le sexe était une expérience terrifiante et il n'était sûrement pas possible de l'avoir et d'en profiter. La vie elle-même était si douloureuse qu'à ce moment-là, j'avais renoncé à essayer de vivre vraiment. Cette rencontre m'a montré que la vie est ce que je veux qu'elle soit - si je pense que je suis impuissante et à la merci des autres, alors très probablement, la vie m'obligera et me donnera des situations où je suis vraiment impuissante et à la merci de la volonté d'autrui. De même, si je décide que je suis une femme puissante, belle et digne qui se suffit, alors la vie m'y obligera et me le donnera aussi. Il y a un an, j'ai fait le choix conscient de me considérer comme digne et suffisante - j'ai aussi choisi de me permettre d'être ouvert aux hommes et au sexe.


J'avais de la difficulté à cause d’une faible estime de soi depuis des années. J'avais l'impression que les hommes ne me trouvaient pas attirante, et que donc le sexe n'était plus au menu. J'ai commencé à faire un travail de développement personnel. Et après avoir essayé de nouvelles choses pendant de nombreuses années, j'ai expérimenté la méditation orgasmique. Je ne pensais pas que c'était un remède, mais je cherchais un moyen de me sentir plus à l'aise dans mon corps. Il n'y a rien de plus difficile pour moi que de montrer mon sexe à un étranger, me laisser regarder et toucher pendant 15 minutes sans arrêt sans détourner son regard.


Quelques mois après avoir commencé la Méditation Orgasmique, lors d’un de ces événement organisés entre pratiquants, un homme s'est approché de moi. Nous avons parlé pendant un petit moment et j'ai demandé s'il aimerait OMer avec moi (pratiquer la méditation orgasmique). Je ne sais pas pourquoi je lui ai demandé, mais ça m’a fait du bien de demander. Il a dit “oui” immédiatement et nous nous sommes arrangés pour nous rencontrer.


Il est venu chez moi et après une discussion, nous avons posé notre nid et nous avons commencé à OMer. Au bout de 15 minutes, l'OM était terminé. Nous avons rangé le nid et quand il a quitté la pièce, j'ai demandé s'il voulait faire l'amour. Je me sentais excitée et demander à me faire baiser me semblait juste. Il a dit oui et a souri. J'ai souri en retour. Il est revenu dans la pièce et on a commencé à se déshabiller. Au lieu de me baiser de suite comme je lui avais demandé, il a étreint toutes les parties de mon corps. Il y a mis une telle intensité que j'ai dû parfois retenir sa tête, l'intensité était presque choquante. J'étais si excitée que je lui ai rappelé de me baiser, ce qu'il a fait un moment. Puis il m'a dit qu'il en voulait encore. J'ai dit oui, à contrecœur. Il m'a léché, sucé et baisé avec son doigt encore, encore et encore. Je suis venue, j’ai joui. Mon orgasme était si intense que j'ai courbé le dos et mordu mon bras pour ne pas crier à haute voix.


Je ne voulais pas crier, pas par honte cette fois, mais parce que je voulais garder cette énergie pulsante en moi aussi longtemps que possible. J'étais avide et j'adorais ça !

Il a souri et m'a demandé un baiser. C'était la première fois depuis des années que je ressentais une telle intensité. Je me sentais éveillé et surtout puissante. Une puissance brute, naturelle et pleine de signification. Pour la première fois depuis longtemps, je me suis sentie comme une femme. A nouveau, j'étais amoureuse du sexe.

Récemment, j'étais en relation avec un homme, qui est maintenant terminée. Je me souviens avoir eu quelques fois des orgasmes incroyables et bouleversants. Encore une fois, j'ai eu cette expérience avec quelqu'un avec qui je me sentais en sécurité.


Quelqu’un qui m'a donné de l'espace pour exprimer ce que je voulais.


Ces changements ne se sont pas produits du jour au lendemain. En fait, elles sont toujours en cours et je dois travailler tous les jours pour me maintenir dans une position où je me parle à moi-même avec amour, nourris mon corps avec des aliments nutritifs et nourris mon cerveau et mon sexe avec des pensées et des actions aimantes. Chaque jour, je me réveille et je me considère comme un être digne d'amour et d'affection. Une femme qui est parfaite et imparfaite à bien des égards - dans l’équilibre qu’il faut.



Je n'ai pas honte et je n’ai pas honte d'aimer le sexe. Il y a quelques mois, nous avons vécu une expérience où nous avons jouis tous les deux en même temps. Nous avons eu l'impression que l'orgasme allait durer éternellement. Les contractions dans mon sexe n’arrêtaient pas de se propager à mon ventre puis à ma poitrine. Je sentais son cœur battre au même rythme que mon sexe battait !



L'une des choses que j'ai apprises de l'expérience que j'ai vécue il y a plus d'un an, c'est que le sexe pour moi fait partie de ma véritable expression en tant que femme. Je considère ce moment comme faisant partie de mon éveil continu - un moment où j'ai appris à faire la paix avec moi-même et ce que je veux et ce dont j'ai besoin.


En perdant la honte d'en parler et de demander des relations sexuelles, j'ai pu profiter pleinement d'une rencontre pleinement consensuelle et, surtout, il n'y avait aucune attente. Je me sentais vraiment libre. C’est alors que demander ce que je voulais est devenu naturel. J'ai aussi appris que c'est bien d'avoir des relations sexuelles et des orgasmes incroyables. Je me suis donné la permission d'être humain et j'ai accepté une fois pour toutes que je méritais une bonne partie de sexe.


Par-dessus tout, je me suis donné la permission de me sentir sans crainte d'être jugée. Ce n'est pas vraiment le sexe, l'acte, c'est bien (même si c'est important aussi). C'est en fait la prise de conscience que je suis assez et digne qui fait toute la différence et qui détermine le genre de vie que je veux me donner - y compris le plaisir.


Je me sens chanceuse - après tant d'expériences ratées, j'ai eu l'occasion de rencontrer des hommes qui sont prêts à me fournir un espace sécurisé où je peux être moi-même. Cela a été inestimable pour me permettre d'accéder à mon pouvoir et surtout, de partager ce pouvoir avec des hommes tout aussi puissants.

.




Ce que cette femme a vécu est horriblement violent et inhumain. Beaucoup de femmes ont malheureusement été victimes d'agressions sexuelles. Mais elles n’en parlent pas. Cette dame a souhaité s’exprimer pour fournir des informations qui permettent aux gens de comprendre comment cela peut se produire. Et montrer qu'il est possible de s'en sortir.


Cela me semble tellement porteur d'espoir de savoir qu'il est possible de se rétablir et de passer de la peur, des obstacles, des difficultés d'estime de soi, des doutes d'attraction à l'amour et à l'éveil. Quelle merveilleuse transformation. Il n'y a pas que les agressions violentes comme celle-ci qui détruisent une personne et dénaturent l'acte d'amour. Il y a tant d'autres agressions subtiles, qui ne paraissent même pas en être, qui nous coupent de cet élan merveilleux, d'amour de soi et de l'autre.


Une pensée à toutes les femmes meurtries et l'espoir qu'elles s'en sortent.

A l'espoir d'une éducation sexuelle plus audacieuse.


23 views

Contact

Rue Steyls 77, i3

1020 Bruxelles

0499 188 693

omageren@hotmail.com

www.OMcoach.be

Formulaire d'inscription à la newsletter

Une question? ConTACTEZ-MOI

© 2018 by Olivier Mageren, created with Wix.com

Nom *

Email *

Sujet

Message

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now